Haptonomie

Publié le par Zuzu et Zuzunet

On m'en a dit beaucoup de bien, j'ai lu pas mal de choses là dessus sur le net, et on s'est lancé : nous allons faire de l'hatonomie pour la préparation à l'accouchement.

Cela va permettre de créer un lien plus fort entre Zuzu, Zuzunet et notre futur Mini Nous.

Notre 1er cours aura lieu le 12 octobre. Il va s'en passer des choses ce jour là ! ;-)



Quelques explications sur l'haptonomie :

L’haptonomie, pour créer un lien affectif

 

Frans Veldmann est le créateur de l’haptonomie, qu’il dénomme "science de l’affectivité". Dans le suivi de la grossesse et de l’accouchement, il s’agit de créer un lien affectif entre les parents et l’enfant, en établissant un contact par la peau et le toucher.

 

La préparation

 

L’haptonomie se pratique avec des spécialistes formés par l’unique association existant dans le monde : le Centre International de Recherche et de Développement de l’Haptonomie, situé à Oms, dans les Pyrénées orientales (66). La préparation commence aussitôt que possible et se poursuit un an environ après la naissance de l’enfant. Elle exige la présence des deux parents. L’haptonomie est incompatible avec la sophrologie ou le yoga, qui travaillent sur le souffle, car l’attention portée à la respiration ferait obstacle à un contact affectif avec l’enfant.

 

La méthode

 

Exigeant le respect de l’intimité, l’accompagnement ne peut être pratiqué en groupe. Vers la fin du cinquième mois, alors que la mère sent nettement le bébé bouger, on propose au couple d’entrer en contact avec lui in utero : le bébé vient se lover dans la main de l’adulte qui l’y a invité. Cet apprentissage tactile se poursuit à la maison. En fin de préparation, le père apprend aussi les gestes qui soulageront la mère durant l’accouchement.

 

L’accouchement

 

L’accouchement se fait dans une maternité ouverte aux principes de l’haptonomie en présence de l’accompagnant. Le développement subtil du relâchement musculaire, appris durant la grossesse – tonus musculaire spécifique, ferme et souple à la fois, laxité des ligaments – ouvre le passage. La femme “accompagne” l’enfant au lieu de “l’expulser”. Il ne s’agit pas du résultat d’une technique mais de l’effet libérateur d’une relation affective sécurisante.

 

Après la naissance

 

Afin d’éviter le sentiment de rupture ou de frustration, une rencontre avec “l’accompagnant” a lieu dans les deux semaines après la naissance de l’enfant. La dernière rencontre s’effectue au moment de l’acquisition de la marche.

Publié dans Grossesse

Commenter cet article

maman de zuzu 07/10/2009 23:46


Je ne connaissais pas jusqu'à aujourd'hui ... mais pourquoi pas, toutes les techniques ont du bon !